Sur les personnes âgées

Stef (50) s’inquiète à propos de sa mère, Greet (79)

Après le décès de mon père, ma mère a souhaité continuer à vivre à la maison. Elle ne peut plus rester seule. C’est pourquoi ma sœur passe chaque jour s’occuper d’elle. Elle cuisine pour elle, elle lui donne ses médicaments et fait ses piqûres. En réalité, ma sœur ne s’en sort pas. Je sais que parfois, ma sœur l’insulte et se moque d’elle. Quand j’en parle à ma sœur, elle prétend que notre mère ment.
Ma mère m’a récemment expliqué qu’elle avait peur de ma sœur. Elle a le sentiment qu’elle peut à tout moment la frapper. Elle dépend de ma sœur et n’a aucune autre solution. Que dois-je faire ?

Stef

Violence sur des personnes âgées ?

Quand des personnes âgées sont négligées ou subissent de la violence, on parle de maltraitance des personnes âgées. La personne âgée ne reçoit pas les bons médicaments, elle n’a pas de vêtements propres ou n’est pas suffisamment lavée.

Il peut également être question de violence financière. Pensez par exemple aux personnes âgées qui ne peuvent plus décider à quoi elles peuvent dépenser leur argent. Ou aux personnes âgées qui sont volées. Les personnes âgées peuvent également subir des violences émotionnelles, sexuelles et physiques.

La violence n’est pas toujours intentionnelle. Les auteurs de violence n’ont pas toujours l’intention de faire du mal. Parfois, un partenaire ou un membre de la famille ne peut plus assumer les soins de la personne âgée.

Qui commet la violence ?

La personne qui commet la violence est un partenaire, un membre de la famille, un voisin ou un ami. Un professionnel peut aussi commettre des actes de violence.

La personne âgée dépend souvent de l’auteur, par exemple pour ses soins. Une dépendance financière peut également exister. Pensez par exemple à un fils ou une fille qui vit avec la personne âgée et qui gagne de l’argent.

À la maison ou ailleurs ?

Dans une résidence-service ou dans une maison de soins aussi, des personnes âgées peuvent être victimes de mauvais traitement ou de violence de la part d’un membre de la famille, d’un colocataire ou d’un professionnel.

Roger (77) n’a plus de contacts qu’avec son fils

Depuis que j’ai déménagé dans un appartement, je n’ai presque plus de contacts sociaux. Le seul qui me rend encore visite est mon fils. Quand il vient ici, il est parfois ivre et il m’insulte. Il me reproche d’être un mauvais père. Je sais que dans le passé, j’ai commis de nombreuses erreurs. Je n’ose pas réagir, car s’il ne vient plus, je ne verrai plus personne.

Roger

Parlez-en. En toute confiance.

Vous êtes maltraité ou vous assistez à des actes de violence ? Vous vous inquiétez pour une personne âgée ? Vous êtes parfois dépassé et vous ne pouvez plus assumer les soins d’une personne âgée ?

Vous pouvez partager votre histoire avec la ligne d’assistance 1712. Des collaborateurs professionnels vous donnent des informations et des conseils. Nous examinons avec vous s’il existe des organisations qui peuvent vous aider.

Dans votre profession, vous êtes en contact avec des personnes âgées et vous êtes inquiet ? Téléphonez ou envoyez un e-mail au Vlaams Expertisecentrum voor Ouderenmis(be)handeling (VLOCO - Centre flamand d’expertise de la maltraitance des personnes âgées). Le VLOCO est le point de contact pour les professionnels qui soupçonnent des mauvais traitements/abus de personnes âgées. Vous trouverez plus d'informations et de coordonnées sur ouderenmisbehandeling.be